| Émancipation

Là où je suis né les gens n’ont pas de patrimoine, ne possèdent rien vraiment. Dans une routine d’usine, chacun gagne tout ce qu’il dépense. Galérer à la fin du mois n’est rien d’autre qu’une habitude. Voilà à quoi ressemble le banal folklore de nos coutumes. Mais un jour j’ai pété un câble, posé mes bourses sur la table et décidé que j’allais braquer la vie. C’est simple, je voulais le magot. De septembre à fin août, marre de gratter les centimes d’euros.

Alors j’ai trimé comme un détenu du matin jusqu’au crépuscule, du lundi au dimanche. Prisonnier de ma condition, j’ai tout fait pour m’en échapper. Et pour prendre la tangente, il n’y a pas quarante solutions : il faut du flouze et du flouze, c’est ce que je disais. Depuis, j’ai pris des biftons, fais beaucoup de caillasse… Mais mon liquide s’évade sans que je ne m’en rende compte, le porte monnaie balafré d’un milliers de petites coupures. J’en tire une leçon, importante : devenir riche, ça s’apprend.

Être riche, qu’est ce que ça veut dire ?

Jusqu’à présent je pensais qu’être riche ça voulait dire bien gagner sa vie et avoir de l’argent sur son compte bancaire. Alors, de manière très terre à terre, je m’évertuais à gagner toujours plus, en exploitant mes multipotentialités. Et j’ai réussi à le faire ! J’étais content, je me sentais très doué, très bon et voué à un grand et riche avenir … Pourtant, il y a quelques semaines je me suis pris une grande gifle dans la figure. Ok je gagne bien ma vie, mais en vrai je ne possède rien. Rien ne m’appartient, mon argent perd de sa valeur au fil de l’évolution de l’inflation et si je perdais mon travail demain je n’aurais plus aucune source de revenu… en d’autre termes, si on se limite à l’acception financière, je suis toujours aussi pauvre qu’au début de ma carrière !

Qu’on vienne du ghetto ou d’une province reculée, que nos parents soient prolétaires ou sans emploi, nous avons une chose en commun : nous ne sommes pas issus d’une famille riche. Je dirais même plus, on n’a aucune idée de ce que peut être la richesse.  On la voit à la télé, on l’imagine, on en rêve parfois, mais on ne sait pas qu’elle est à notre portée. Mais alors de fait, personne ne nous a jamais expliqué ses règles, ne serait-ce que les plus basiques. Et puisqu’on ne connait pas les règles, comment gagner au jeu de l’enrichissement ? On en viendrait presque à détester les riches. Moi par exemple, j’ai presque honte d’avouer que je viens de me rendre compte que mon argent perd de sa valeur à cause de l’inflation… c’est bête, je sais.

Parés pour le décollage ! 🚀

💌 Un seul message par mois, une seule piqûre de rappel...
pour t'aider à te donner les moyens de t'émanciper ! ⬇️

Donc on est là, à se tuer à la tache, sans jamais vraiment profiter d’une vie confortable. Certaines études disent qu’il faut gagner 3k pour être heureux et qu’au delà ça ne sert plus à rien de gagner plus… je dirais que pour être heureux, il faut être libre. Parce que si boulot vous rémunère 3k par mois mais que vous êtes si tourmenté.e que vous n’arrivez plus à dormir, que vous faites 2h de trajet maison/bureau tous les jours pour flirter avec le burnout, en vrai quel intérêt ? Je le dis en connaissance de cause, c’est peut être ce qui a été l’élément déclencheur et ce qui m’a fait comprendre ce que voulait vraiment dire « devenir riche ».

Tout le monde peut devenir riche

L’un de mes meilleurs amis investi son argent depuis qu’on a 16 ans environ, depuis ses premiers jobs d’été, ses premières paies… Ça fait donc plus de 15 ans ! Aujourd’hui il possède plusieurs appartements en location. En d’autres termes, il est rentier… alors certes, il ne gagne pas très bien sa vie si on compare ses revenus à ceux des golden boy new-yorkais. Mais il est au calme, détendu, il ne se pose pas de question qui l’empêchent de dormir. Et vous savez ce qu’il fait de ses journées ? Il cherche d’autres appartements à acheter. Sans aucune pression, sans aucun stress.

Je me sers de lui comme exemple parce qu’il n’a jamais gagné plus que le SMIC ! Les revenus ne sont donc pas une excuse, a priori. Si lui l’a fait, je peux le faire… et vous pouvez le faire vous aussi. Bien sûr, je ne pense pas qu’il faille s’attendre à devenir riche du jour au lendemain. Et encore une fois, être riche ça ne veut pas dire d’avoir de l’argent sur son compte bancaire. Il s’agit de se constituer un actif, c’est à dire quelque chose qui a une valeur et qui vous appartient. En soi, c’est tout l’inverse de ce que j’ai toujours fait. Certes j’ai augmenté mes revenus, mais dans le même temps j’ai considérablement augmenté mes dépenses.

Non pas que je vivais au dessus de mes moyens, mais simplement que je dépensais bêtement. En réalité, je me rends compte que j’ai été le propre tyran de ma potentielle richesse. Il semblerait même que mon cas soit loin d’être isolé.  Quand j’en parle autour de moi j’ai plein d’amis qui font comme moi. En d’autres termes, nous sommes nos propres freins pour devenir riche. Nous mêmes, nous nous l’empêchons par nos manques de raisonnement et d’éducation sur le sujet. À trop vivre dans l’instant présent sans penser le futur, nous restons pauvres. Alors certes, si votre objectif est d’augmenter vos revenus, continuez ! C’est un très bon début mais ce n’est qu’un moyen, pas une fin. Il faut que ce soit combiné à d’autres actions de fond. Ce qui m’amène à cette question qui vous brûle peut-être les lèvres autant qu’elle m’a brûlé le cerveau.

Par où commencer ?

C’est probablement le plus difficile. Comme je vous l’expliquais, j’ai réussi à augmenter mes revenus. Du coup j’ai un peu d’argent qui dort sur mon compte courant. C’est super parce qu’il perd de sa valeur un peu plus chaque année… ! C’est cette prise de conscience qui m’a amené à me poser ces deux questions essentielles : qu’est ce que je dois faire  avec mon argent ? Par où commencer pour devenir riche ? Et franchement, je ne savais pas du tout par où commencer pour devenir riche ! Alors j’ai lu… beaucoup… en définitive les réponses qui m’ont été apportées par différentes lectures (voir mes recommendations à la fin de l’article) ne sont pas si sorcières que ça.

En effet, comme pour presque tout objectif de vie, il me semble qu’il « suffit » de définir un process, de l’appliquer, de s’y tenir tout en l’améliorant sur le fil de l’eau. Je vais vous présenter mon plan ; par où j’ai décidé de commencer, moi. Ce n’est peut être pas la meilleure manière de procéder donc si vous avez des remarques à me faire, surtout n’hésitez pas. Je serai ravi de les lire.

Voici donc mon (à moi) plan pour devenir riche ; avec la précision tout de même que je n’aurai pas la prétention d’utiliser un vocabulaire technique que je découvre à peine, notamment quant à la bourse… ce sera donc avec mes mots :

En discuter avec mes amis

Le mieux étant avec mes amis qui s’y connaissent… L’idéal serait même de trouver un ou plusieurs mentors qui sont riches eux même.

Ne pas se fier aux remèdes miracles

Devenir riche prend du temps, il faut l’accepter. A moins bien sûr de tomber sur une super opportunité mais nous savons tous que c’est extrêmement rare. Restons réalistes pour éviter les déceptions de la lenteur. À l’inverse, il faut lire, se documenter au maximum pour forger son esprit critique.

Prendre mon temps

Ne pas me presser et… surtout… faire les choses ! Si possible, dégager du temps pour les faire, et arrêter cette course en avant. Si impossible, faire en sorte que ça devienne possible en augmentant ma productivité.

Vous allez me dire « Faire les choses, ok, mais faire quoi ? » (et vous aurez raison…)

Mettre au minimum 20% de mes revenus de côté

J’ai souvent lu qu’il faut « se payer en premier ». Mettre une partie de ses revenus de côté, de manière systématique, est la base de tout pour devenir riche.

Faire le tri dans mes dépenses

L’idée ici est de privilégier les nécessités absolues. Le loyer, l’électricité, ok… L’abonnement à la salle de sport dans laquelle je ne vais qu’une fois par an est superflu.

Garder ma vieille voiture !

Pourquoi faire un crédit pour une nouvelle voiture plus bling bling ? Mon pote dont je vous parlais roule en Honda Civic du ghetto de collection… ça lui suffit largement.

Ouvrir un compte épargne

Non ! Je n’ai même pas de compte épargne (la loose je sais). Il s’agit donc d’en dégoter un avec un taux d’intérêt qui couvre au strict minimum l’inflation.

Définir une stratégie d’investissement

Il ne faut surtout pas se lancer tête baissée. Je vois deux approches : les actions et les trakers. Les actions pour les entreprises dans lesquelles je crois, les trackers pour les secteurs que je supporte pour l’avenir (comme les énergies durables par exemple)

Chercher à me constituer des actifs

Mon travail (off course), des placements sûrs (comme un livret A par exemple), des actions en bourse, de l’immobilier, et constituer divers actifs (peut être que ce blog pourrait être une source de revenus un jour par exemple !)

En fait, la richesse, c’est la liberté. C’est le fait de pouvoir choisir ce qu’on va faire de ses journées. C’est être serein pour l’avenir, pour ses lendemains et si possible pour celui des enfants de nos enfants. Loin du rêve qu’on a tous en tête, celui auquel on aspire tous secrètement – celui de gagner au loto – c’est quelque chose qui prend du temps. En fait, c’est même quelque chose qui se construit de générations en générations. Si vous êtes le premier de votre lignée à vouloir relever le défi, peu importe. Mieux vaut tard que jamais. Il faut le faire, c’est tout. Et surtout, il faudra inculquer ces enseignements à vos enfants. La richesse, est une affaire de famille comme nous le montre si bien à Vincent Bolloré.

Je vous souhaite bon courage, bonne chance et surtout, beaucoup de détermination. Devenir riche est quelque chose qui se travaille sur la durée, encore une fois. En toute logique, plus on vient de loin, plus c’est long. Armons-nous de patience et soyons raisonnés. Un jour, ça paiera.

Photo by Shoaib SR on Unsplash

Sources

Huffingtonpost.fr : Pour être heureux, il faudrait gagner beaucoup d’argent, mais pas trop quand même

Nature.com (en anglais) : Happiness, income satiation and turning points around the world

LeMonde.fr : On les envie, on les critique… les riches, ces mal-aimés

LeMonde.fr : Cyrille Bolloré nommé PDG du groupe Bolloré, succédant à son père

Donnons-Nous Les Moyens est aussi sur Facebook, Instagram, Linkedin et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *